La SEP ne m’empêche pas de voir que la vie est belle

Abdelmaseeh, 41, Egypte

Lorsque l’on diagnostique la SEP à une personne, elle peut avoir l’impression que sa vie vient de s’arrêter. Mais la SEP n’a pas arrêté la mienne. À vrai dire, elle m’a aidé à venir en aide aux autres. Lorsque j’aide les gens, j’ai l’impression qu’ils ont besoin de moi et que si je disparaissais un moment, ils me chercheraient et je leur manquerais.

J’aide les gens en allant acheter leurs médicaments, en leur rendant visite et en leur parlant de la SEP pour essayer de leur donner de l’espoir. Je participe à leur vie sociale, à leurs fêtes d’anniversaire et de mariage, ce qui leur permet de se sentir importants et de savoir qu’ils comptent pour quelqu’un. Tout ça me donne l’impression que la SEP n’a pas eu d’effet négatif sur mon état d’esprit.

 

Nous sommes la preuve que l’on peut continuer à vivre avec la SEP. Nous marchons avec des béquilles, nous sommes dans des fauteuils roulants et nous continuons à vivre et à travailler. Regardez à quel point la vie est belle. Ce n’est pas parce que nous avons la SEP que la Terre s’est arrêtée de tourner. Nous montrons aux gens comment continuer à vivre avec la SEP.
Même si la SEP me force à marcher avec des béquilles, elle n’a pas tué mon amour de la vie et des gens, et elle ne m’a pas poussé à abandonner.